Radioplayer, bienvenue dans un monde fermé !


08 avril 2021

Lagardère News (Europe 1, RFM et Virgin), le groupement Les Indés Radios, le groupe M6 (RTL, RTL 2 et Fun radio), NextRadioTV (RMC), le groupe NRJ, et Radio France, viennent de conclure un partenariat technologique avec la Société Radioplayer afin de lancer des applications spécifiques au marché français sous la marque Radioplayer France.

Ce jeudi 8 avril au matin avait lieu la conférence de presse pour le lancement officiel de Radioplayer France, voici mon décryptage !

Chacun de 6 partenaires s’est exprimé au micro, la phrase qui revient souvent c’est « nous sommes les 6 acteurs majeurs de la radio en France ». Chacun y va de son mot pour vanter les mérites de Radioplayer :

  • Une alternative face à TuneIn
  • Un interlocuteur unique face aux plateformes GAFA
  • Un choix de 200 radios FM et 600 webradios qui représentent 90% des écoutes en France
  • Également tous les épisodes de podcasts de ces radios sont accessibles
  • Un moteur de recherche innovant
  • Une qualité de son maitrisée
  • La nouvelle norme HLS qui adapte le meilleur flux selon les possibilités
  • Les metadatas : artiste et titre qui s’affichent et à venir plus tard la pochette du morceau joué
  • Un algorithme qui s’appuie sur l’expérience Médiamétrie pour vous proposer la meilleure radio en fonction de votre humeur du moment
  • A venir plus tard la fonction StartOver qui permet de reprendre un programme dès le début
  • Cette plateforme permet aux radios de garder la main sur la qualité de son, les partenaires, les audiences…
  • Un outil d’écoute révolutionnaire complètement gratuit pour l’utilisateur
  • Le renouveau de la radio… 

Yann Legarson est le directeur de Radioplayer France et c’est lui qui a été chargé techniquement de gérer les développements. Il annonce le téléchargement possible de l’application, ce que je fais en écoutant. Il explique :

  • L’intérêt est d’avoir « un bouton » dans sa voiture pour lancer Radioplayer qui remplacera à terme la FM. Radioplayer avec la norme HLS proposera le meilleur flux, adaptera en fonction du réseau et pourra basculer sur la FM aussi
  • La plateforme a coûté quelques centaines de milliers d’euros, ces frais ont été divisés de manière équitable entre les 6 associés du projet qui n’ont eu aucun problème pour s’entendre (tiens tiens…)
  • Les adhérents qui rejoignent la plateforme devront s’acquitter d’une cotisation pouvant aller de quelques centaines d’euros à plusieurs centaines d’euros selon la taille de la radio
  • Aujourd’hui seulement BMW, WW et une marque de VOLVO ont signé le partenariat pour intégrer Radioplayer dans les véhicules (c’est faible…)
  • Oui pour intégrer plus de radios, la condition est d’avoir une fréquence FM ou un DAB+ (une radio seulement en DAB+ peut rejoindre la plateforme)
  • Non aux webradios qui n’ont ni FM, ni DAB+ (oh ça ce n’est pas gentil…)
  • Oui nous sommes ouverts (mais quand-même, on fait attention…) 

Une grosse campagne de publicité de plusieurs millions d’euros va être lancée dans les jours qui viennent, sur les radios, TV et presse…

Mon verdict : 

L’idée d’un système novateur pour l’écoute de la radio dans les véhicules est une nécessité. Je trouve ce concept très bien. Aujourd’hui il existe déjà des solutions avec Carplay ou Android Auto, mais aller plus loin a sa place pour le futur.

En tant que directeur du bouquet de 5 radios Lebonmix, j’ai pu poser ma question sur le tchat pour savoir si les 5 radios Lebonmix pouvaient être intégrées. On m’a répondu qu’il y avait plus de 1000 webradios indépendantes en France sans FM comme Lebonmix, techniquement il n’était pas possible de les intégrer (trop lourd avec tout le travail pour créer cette plateforme), que les 600 webradios déjà présentes qui appartiennent aux grands groupes constituaient déjà une belle offre ! A terme une réflexion serait possible mais pas aujourd’hui…

Je salue l’outil qui est très intéressant (car écouter une radio facilement en voiture avec une grande qualité sans avoir à lancer son téléphone, c’est cool) mais aujourd’hui l’application que j’ai chargée ce matin reste très basique et n’apporte rien de plus (au contraire) par rapport à tout ce qui existe aujourd’hui. J’ai essayé certaines radios et la première que je prends n’affiche même pas l’artiste et les titres… Ce n’est qu’une application de plus et nous sommes loin encore de voir l’outil intégré dans tous les véhicules.

Pour moi les grands groupes radios, qui se tirent habituellement dans les pattes avec la guerre des audiences, se retrouvent alliés pour la circonstance, c’est à dire verrouiller à coup de millions d’euros leurs marchés en créant une sorte de système fermé et maitrisé. L’intérêt de ces 6 associés est de pouvoir imposer cet outil dans les véhicules en régulant eux-mêmes les radios présentes (ce qui permet de défendre le gâteau publicitaire des FM qui a tendance à s’éroder depuis quelques années avec les nouvelles habitudes d’écoutes : plateformes steaming, webradios indépendantes, podcasts…).  

Les ennemis deviennent donc facilement amis quand il s’agit de défendre des intérêts communs mais surtout financiers. Un système clairement fermé et opaque avec un « non » catégorique aux webradios indépendantes, dont Lebonmix fait partie. Intégrer Lebonmix dans cet écosystème même contre quelques centaines d’euros me paraissait intéressant (oui rien n’est gratuit).

On voit bien que tout cela n’est pas objectif et que cette démarche s’inscrit dans une manière de penser d’une autre époque pour moi révolue. L’animateur de la conférence conclut sur « Radioplayer, la radio du futur ».

Pour moi, il n’y a aucun futur à un système fermé qui ne propose pas une offre complète et riche aux auditeurs que nous sommes. La seule liberté est d’écouter ses radios favorites sur d’autres plateformes, mais n’est-ce pas une utopie quand on voit les millions mis sur la table par ces 6 opérateurs ? Car l’argent reste le seul juge… Si ce format, pour l’instant seulement adopté par 3 constructeurs automobiles, le devient pour tous et de manière unique, Radioplayer serait alors un danger pour nos webradios qui seraient privées de visibilité dans les véhicules…

Une concurrence déloyale par 6 opérateurs réunis, au-delà de l’aspect légal qui reste à voir, que devient la moralité dans tout ça ?

A méditer !

Pierre DENJEAN - Directeur Lebonmix Radio